Social

Facebook
Twitter
Google+
Instagram

Choc culturel : quand tu conduis en Italie !

J’aurais aussi pu sous-titrer cet article « l’Enfer sur Terre » parce que j’aime bien dramatiser un peu (beaucoup ? ok…) N’empêche, conduire en Italie demande de sacrément maîtriser ses nerfs.

Alors je tiens tout de suite à préciser que je ne fais pas partie des gens qui n’aiment pas conduire, bien au contraire ! Si on m’avait proposé un rôle dans Fast and Furious je pense que j’aurais été la nana la plus heureuse du monde (et pas à cause des acteurs ! ) J’adore conduire. Poser négligemment ma main sur le levier de vitesse en chantonnant un truc, fenêtre à moitié ouverte pendant que l’autre main tient d’un doigt le volant me fait profondément kiffer ! J’ai en plus appris à conduire en ville, ce qui en général forge un petit caractère en tant que conducteur donc comme ça, le tableau est posé.

Alors ok, on pourrait dire qu’une française qui charie les italiens sur leur conduite c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité. Ce à quoi je répondrai : peut-être mais je m’en fiche et puis de toute façon je suis française donc de mauvaise foi, par définition.

Cela étant dit, conduire ici me rend folle et m’amuse beaucoup en même temps !! Parce que les italiens ils font des trucs vraiment bizarres !

Au milieu toutes !

Non mais c’est quoi ça ?? C’est quoi ce délire de rouler au milieu tout le long comme ça ! Ça va pas bien ! Les gars ils ne lâchent pas le morceau, même s’ils roulent à 80 sur l’autoroute et qu’il n’y a personne à leur droite eh bah non, ils restent sur la voie du milieu ! Ce qui crée des situations hyper dangereuses où tu te retrouves obligé de piler parce qu’une voiture s’est mise devant toi, qu’elle n’avance pas, que tu roules à 130 (mensonge éhonté) ET que tu peux pas doubler. (On sent que je suis énervée ? Ouais j’adore m’énerver en voiture ! Je re-dégaine le #lafrançaisequirâle)

Avant de m’installer en Italie, j’avais cette image de l’italien fou furieux qui klaxonne pour un rien et qui a l’air de faire un go fast dès qu’il allume la voiture. Mais en fait, ça n’est pas tout à fait exact.

Bon alors, oui, le klaxon voilà voilà quoi. Ce matin, j’étais à Milan, j’ai eu le malheur de ne pas faire vrombir le moteur à la seconde où le feu est passé au vert… je me suis pris une pluie de klaxons ! Oh la la mais quelle impatience ! Ça va les mecs !

Mais en dehors de ça, j’ai l’impression qu’il y a un peu deux profils de conducteurs.

  • Le taré qui roule à 180 sur l’autoroute

Bon impressionnant mais à la limite, lui il ne t’embête pas trop, sauf quand tu doubles toi-même le débilos de la voie du milieu !!!! (j’ai hésité à mettre des majuscules histoire d’accentuer l’agacement mais bon… self control on a dit !) et qu’il te colle aux fesses ! Encore plus drôle quand je roule avec ma 107 jaune…

Le deuxième est un profil que je ne comprends pas.

  • Le fameux rital de la voie du milieu

Alors là tout est possible, tu as le mec qui ne roule pas vite du tout mais quand je dis pas vite, ce n’est pas qu’il est aux limites non, il va te faire du 90 sur l’autoroute. Donc lui tu as envie de le taper. Le deuxième profil de la voie du milieu, c’est le type qui roule normalement, qui va doubler de temps en temps,  et qui, pour une obscure raison, va soudain décider de rester sur la voie du milieu même quand ça ralentit. MÊME QUAND UN SATANÉ CAMION DOUBLE UN AUTRE CAMION !!!! (J’y viens juste après). Et là, c’est l’incompréhension . Où est la cohérence ? Tu vois le mec freiner comme un fou, il n’y a personne sur la voie de gauche mais non il reste derrière le camion… et toi tu es là : Ok donc la merco là je vais vraiment la doubler avec ma 107 ? Il s’en fout le mec ? Pas très téméraire ! Bref… arrêtez de rouler sur la voie du milieu bon sang !!! C’est pas fluide !!!!! ça fait peur !!! C’est chiant mince (pour ne pas dire autre chose).

Les camions psychopathes

 

Cette personne devrait-elle vraiment conduire ? Elliot doute !

Bon alors, d’emblée, je ne dis pas qu’ils sont tous italiens, bien que toutes mes mésaventures avec des camions se soient passées en Italie avec des camions italiens. Mais il y’a certainement des foufous néerlandais, suisses ou allemands (non je rigole).

Le fait est que les camions sont des grands malades ! Ils déboîtent sans prévenir c’est impressionnant ! Ils s’en fichent complètement de qui se trouve sur leur route, ils passent. En revenant de France il y a quelques semaines, j’ai eu une frousse mêlée d’une colère noire. Un camion a déboîté sur ma voie sans prévenir. Je ne pouvais pas freiner car on me collait aux fesses, et la voie de gauche était chargée aussi. Du coup j’ai accéléré pour le dépasser. Le camion s’est mis à klaxonner comme un fou et à me faire des appels de phares pendant au moins 5 minutes. Non mais on est où là ? C’est lui qui me roule dessus quand-même ! Je lui ai lâché mon plus beau doigt d’honneur à cet espèce de psychopathe ! (Oui bon, je sais c’est pas le top mais à ma décharge, je roulais depuis 6h seule avec les enfants, j’étais allée faire pipi avec Elliot en spectateur et Chiara dans le porte-bébé, je commençais à fatiguer un peu).

Autre chose, les camions ont une passion pour se doubler entre eux, c’est affreux. Alors oui en France aussi les camions se doublent mais je ne suis pas sûre que ça soit aussi souvent ou alors je n’avais pas fait attention avant. En plus, bien évidemment, ça prend des plombes ! On ne comprend pas trop pourquoi ils se lancent là dedans vu qu’ils ont l’air de tous rouler à la même vitesse. Euh je veux pas dire les gars mais si votre passion c’était le rallye fallait pas conduire un 33 tonnes ! (Vous la sentez la mauvaise foi là ?)

Le cligno ? Connais pas…

Hum hum… C’est génial, non vraiment c’est génial ce suspense de tous les instants ! Va-t-elle tourner à gauche ? Va-t-elle tourner à droite ? Ah non elle ralentissait pour rien elle va tout droit ! Notons que cela marche aussi en ville, sur des files à plusieurs voies et là c’est encore mieux, parce qu’ils inventent des voies qui n’existent pas ! Des trucs au milieu du milieu. Je me marrais toute seule ce matin en me disant « suis-je sur la bonne voie ? On s’en fout !!!!! ».

Étonnamment, Nico n’arrête pas de me dire qu’il trouve les italiens plus civilisés que les français en voiture. Tout ça parce que selon lui, ils ne doublent pas par la droite (ce qui à mon avis n’est pas vrai dans toute l’Italie). Les Milanais ont l’air plus cool que les Turinois par exemple (eux ils m’ont traumatisée !). Mais quid des Romains ou des Napolitains… hum ça mérite une enquête !

Après, à mon humble avis ils ne doublent pas par la droite parce que la droite n’existe pas pour eux haha ! Ou alors si mais à l’autre extrême !

La droite de la droite

Alors de deux choses l’une, soit ils ne savent pas tenir leur droite, soit ils ont des idées qui dépassent l’entendement ! Parce qu’il y a un phénomène très étrange qui est généralement opéré soit par des petites voitures vieillotes, type Fiat Panda prêtes à s’écrouler, soit par des camionnettes un peu lentes : elle se mettent à droite de la droite. En fait elles mordent la ligne et sont à moitié sur la chaussée. Hum je comprends pas… je veux dire, y’a des voitures qui arrivent en face donc on va pas pouvoir les doubler vraiment. Du coup quel est le concept ? C’est gentil, c’est bien d’avoir conscience qu’on est lent mais là, pour le coup je vois pas trop comment on va dépasser le problème. Il y en a qui le font sur l’autoroute, bon alors là, je ne sais pas quoi en penser mais sur la route… je trouve ça plus dangereux qu’autre chose.

Cédez le passage : à vous, non je vous en prie à vous !

Mamma mia ! J’ai jamais vu autant de cédez le passage de ma vie ! Mais c’est à n’y rien comprendre. Tout à l’heure, en rentrant de Milan j’ai vécu un profond moment de solitude (encore un me direz-vous) en enchaînant 5 cédez le passage d’affilée dont je ne comprenais pas totalement l’intérêt. Et au moment où j’étais prioritaire bah je me suis arrêtée et j’ai laissé passer une voiture, pensant que c’en était encore un. La moitié des cédez le passage ne sont pas matérialisés par des panneaux mais par un marquage au sol SAUF QUE les routes sont vraiment toutes pourries ! Du coup des fois pour voir le marquage il faut avoir l’oeil ! On est souvent pris par surprise (oui enfin moi parce que là j’imagine déjà Nico lever les yeux aux ciel en disant : « n’importe quoi ! Je vois pas le problème ».)

Alors voilà un petit aperçu de tout ce qu’il faut affronter (la nana qui en fait des tonnes) quand on conduit en Italie. Cela étant dit, j’apprécie toujours autant de conduire, même ici et je suis assez fière d’avoir braver pour la première fois la jungle milanaise. Il m’aura fallut 25 minutes pour trouver une place et là encore désarroi quand j’ai cru en avoir une et puis en fait non parce que les lignes étaient jaunes et que c’est un stationnement réservé grrrrr. Mais bon, c’était pour la bonne cause vu que je suis allée m’inscrire à Milan Accueil, l’association qui regroupe tous les francophones de la région. Quelle bonheur de pousser une porte, de dire « bonjour » et que tout le monde te réponde : « bonchhhhouuuur ! ». Joie et étincelles dans mes yeux ! À très vite !

 

Laisser un commentaire