Social

Facebook
Twitter
Google+
Instagram
  • Home
  • /
  • Humeur
  • /
  • 5 petits plaisirs de ma vie italienne #2
pizza plaisir italie

5 petits plaisirs de ma vie italienne #2

Il y a quelques temps je vous faisais part des petits plaisirs que j’avais développés depuis mon arrivée en Italie. Le temps passant, de nouveaux viennent s’ajouter à la liste et comme je nage dans une bulle musicale en ce moment, qui ne m’inspire que de l’amour, ce thème du plaisir ma parle bien voyez-vous ! Alors allons-y !

Admirer le style des gens

So superficiel ! Non !!! Pas du tout !!! Parce que la mode en Italie, c’est un art de vivre (Roche Bobois, french art de vivre…. #pardon). Comme je l’avais évoqué dans un précédent « Choc Culturel », le style a vraiment une grande importance ici. C’est impressionnant de voir à quel point la sophistication est poussée. Ça en devient du coup un véritable plaisir visuel. Les  vêtements semblent tomber à la perfection, les gens sont entretenus à un point !Et tout ça semble tellement naturel ! Pas un millimètre de barbe qui dépasse, les cheveux vaporeux qui s’envolent négligemment dans le vent (oui bon ça, c’est une obsession pour moi vue que j’ai hérité d’une tignasse 100% arabo-hispanique que je m’évertue à rendre sociable (comprenez :lisse), à chaque fois que la boucle devient juste un truc électrique et froissé. C’est à dire après une nuit. #Vraiment ?  #Onsenfoutdetaviecapillaire #Cétaitunelongueparenthèse).

Alors, peut-être que ça ne touche pas toute l’Italie (le style hein, pas mon problème de cheveux), mais j’en doute. Des cas similaires ont été signalés, entre autres, à Rome, Naples, Turin et dans les Pouilles (exemple : mon papi chéri toujours à la pointe du style).  Mais il est certain qu’à Milan, capitale italienne de la mode, ça prend toute son ampleur !

Il y a quelques semaines nous sommes allés au Radio Rooftop, un bar au somment d’un building à Milan (surfait à souhait). Le truc qui veut en imposer avec sa vue imprenable sur la ville et qui te sert une miette à l’aperitivo (oui mais dans une verrine ! Oui mais en plastique ! #fail).

L’expression : « n’avoir plus que ses yeux pour pleurer » a pris tout son sens !

Waouh ! Les gens à l’intérieur ! Bon en même temps quand tu payes 18 euros un Mojito (j’avais envie de mourir en m’étranglant avec, pour la gloire !), tu peux bien te payer des fringues qui déchirent. Moi-même j’avais fait péter la robe qui envoie du lourd, histoire d’être au niveau.  BREF !!! Tout ça pour dire qu’il y a encore un sens du chic dans ce pays. Pas comme en France… où tu vas dans un restaurant classe et qu’il y a des gens qui viennent en pantalon Quechua et en sandales de rando (véridique, j’étais choquée ! À prononcer avec la voix de Nabila. Regard vide et au ralenti). À ce niveau là, autant venir en tongs hein !

Faire du shopping

Eh oui !!! Parce que si tout le monde est classe, ça veut dire que toi aussi tu peux l’être ! #IBelieveIcanFly

Ce que j’aime dans ce pays c’est qu’il y en a pour tous les portes-monnaies mais toujours avec une petite touche italienne, donc mode et originale. OVS (chaîne italienne un peu équivalente à H&M) est devenu mon meilleur ami. J’ai pris la carte de fidélité, c’est dire ! Alors à ce prix là ce n’est pas du Made in Italy mais ça fait son effet !

En bas de mon immeuble il y a une petite boutique qui elle, ne vend que des vêtements faits en Italie (c’est d’ailleurs de là que vient la robe qui envoie du lourd #onsenfoutoujoursdetavie #arrête). C’est un vrai plaisir. Même sans rien acheter, la qualité des tissus, le tombé quand on enfile une robe ou un manteau… c’est beau ! C’est stimulant même ! Car le style, c’est de la créativité et ici, il y a de l’idée ! D’ailleurs un peu trop des fois, tout n’est pas validé (aïe, aïe, aïe ma chérie ! Quoi ? Je suis démasquée ? Vous avez compris que Cristina est mon idole ? Tant pis…).

Se perdre au supermarché et pester

La nana mazo. Non mais le supermarché c’est un lieu assez emblématique d’un pays, parce qu’il rassemble la tendance d’un peuple quelque part (waouh, philosophie quand tu nous tiens !). Du coup c’est amusant de regarder ce qui plaît aux italiens et aussi, et surtout, de se perdre à l’intérieur parce que c’est l’ANARCHIE ! Je ne comprends pas, je ne comprends pas ! Ça n’a ni queue ni tête à mes yeux ! Attendez l’autre jour je me suis rendue compte qu’il y a avait des rayons cachés ! Quel est le but ? En plus c’était les chips quoi ! Bon sang les mecs ! Sauvez l’apéro ! On ne peut pas planquer les chips ! Des graines de chia à la limite mais pas les chips et les cahuètes non de non !

Il y a 15 jours mon meilleur ami est venu nous rendre visite avec sa femme et leur fils. Nous partons sa femme et moi toutes les deux le samedi soir faire quelques courses pour un aperitivo maison improvisé (merci les gosses d’avoir ruiné nos plans de sortie…Oh ça va ! On les aime mais des fois faut dire les choses aussi !). Et alors que nous errons dans les rayons en quête de raspadura (fromage râpé en grandes tranches) et de burrata, elle se retourne vers moi et me dit : « ça doit être dur quand même de t’y retrouver ». Diplomatique mais néanmoins perspicace ! TU M’ÉTONNES ! C’est le bordel !

La palme est je pense attribuée à Esselunga chaîne de supermarché adorée des milanais. On y trouve tout de même des couches au dessus du jambon, des gels douches en face des fromages et des crayons avec les fruits secs. Est-ce que ça suit une logique quelconque ? Hum, non je ne crois pas ! Ah ! Mais suis-je bête ! J’avais déjà oublié que les italiens ne venaient pas de notre monde !

Vous les voyez les couches dans cette pagaille ambiante ?

 

Il n’empêche que malgré tout ça, j’aime bien aller au supermarché (de temps en temps hein, j’ai pas que ça à faire non plus), parce qu’on découvre toujours quelque chose, parce qu’on s’intoxique avec un panzerotto trop salé (Il Gigante, mon amour !), parce qu’on comprend certaines habitudes. Dis moi ce que tu manges je te dirai qui tu es… (Euh, de la pizza et des pâtes ! Tu es italien ! Oui !!!! #Nimportequoi! )

Prendre un café en terrasse

L’hiver est là ! Chocolat !!!!

Je vous avais déjà parlé du capuccino du matin, mais il n’y a pas que ça ! Parce que j’ai découvert un truc récemment ! C’est que l’amour des italiens pour la terrasse n’a pas de limite. C’est l’hiver, on commence à avoir froid (mais pas trop non plus, pas assez esprit de Noël à mon goût, va falloir que je diffuse du Michael Bublé dans la maison pour remédier à ça !!!! Mais quel est le rapport ? Oh la la quelle confusion dans cette tête !) BREF ! Il fait donc froid quand même et pire que ça il n’a pas arrêté de pleuvoir pendant une semaine… EH BAH l’italien, il s’en fiche ! Il va en terrasse quand même ! On sort les gros chauffeurs et youpla ni vu ni connu ! Bon précision, les terrasses dont je parle sont, en l’occurrence, sous des arcades donc protégées de la pluie. Mais dès qu’il fait sec et même s’il fait 0°, on déborde sur la place et c’est reparti ! Fascinant. Eh ! Faudrait pas perdre de vue ce qu’il se passe quand même ! Rappelons que la curiosité est un des trait de caractère principaux des italiens !

On s’y fait vite en réalité !  Prendre un petit café (ou un chocolat avec de la panna montata/Chantilly) dehors, regarder la vie se dérouler, bien emmitouflé dans son manteau ! J’aime bien le concept ! Et s’ils ont la bonne idée de passer en fond Let it snow, je ne réponds plus de moi !

Regarder un match sur la Rai Uno

Ah alors là les amis ! J’ai kiffé ! Avec les qualifications pour la coupe du monde, j’ai eu l’impression que mon coeur battait au rythme de celui de toute la Ritalie ! Allumer la Rai Uno, manger des pâtes devant les matchs avec les commentaires en italien. C’était juste génial ! Et quand ils ont perdu ! Oh la la ! Même à moi les mots sont venus en italiens ! « Che disastro ! » me suis-je exclamée ! Les commentateurs étaient effondrés : « apocalisse (apocalypse), dramatico (ça va pour la traduction ?) », les larmes de Buffon… C’était comme être au coeur d’un grand événement ! J’ai même cru que les drapeaux allaient être en berne mardi mais non… Les unes des journaux bien sûr. Grisant ! Et puis, une émotion particulière pour moi de regarder la Rai en direct, parce que ça me rappelle mon papi (maternel). À chaque fois qu’on allait chez lui il était branché sur la Rai et ses programmes souvent kitchissimes. Mais pour lui c’était la maison (comme moi avec les téléfilms de Noël de M6 et Cauchemar en cuisine ! #jassume). Et maintenant c’est moi qui suis en Italie devant la Rai, c’est fou quand même !

Alors voilà, je n’ai pas eu besoin de bien me forcer pour trouver ces petits plaisirs, j’ai même dû en mettre certains de côté pour respecter la contrainte des « 5 ». Pourquoi d’ailleurs cette contrainte ? Hum quand on voit le nombre de digressions, c’est mieux, vraiment !  Cette foule de petits plaisirs sont d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai réussi à partager avec vous cet article alors que je passe tout mon temps libre à composer mes chansons en me couchant à des heures bien trop tardives depuis une grosse semaine ! Mais que voulez-vous ! La passion, la passion ! Promis, bientôt, je vous ferai part du fruit de mon travail mais pas encore… En attendant, je profite de l’Italie, je savoure de pouvoir commencer à vraiment échanger (la pharmacienne m’a dit que je parlais très bien cette semaine : joie dans mon petit coeur fragile !!!!!), je prends des grandes doses d’énergie à Milan, dont je suis complètement amoureuse, je fais résonner les notes dans l’appartement et le sentiment d’être à la maison commence là !

2 Commentaires

Laisser un commentaire